Déterrage des blaireaux: quand les beaufs font joujou

“La très grande majorité des préfets accorde ce «bonus» sans hésiter, et sans doute sans grande réflexion, sur simple demande des fédérations de chasse. Cela donne une idée du peu de cas que le corps préfectoral fait tout à la fois de la condition animale et de la préservation de la nature, préférant satisfaire le lobby chasse… Depuis des années, nous dénonçons cette pratique et la complicité des pouvoirs publics. Nous avons aujourd’hui le soutien de quelques élus — Yves Blein (PS), Laurence Abeille (EELV), Sergio Coronado (EELV)… Afin de mobiliser le public, nous venons de lancer une pétition pour l’interdiction du déterrage. Le ministère de l’Écologie doit aussi entendre nos revendications et cesser d’être la chambre d’enregistrement des desiderata des chasseurs. Nous attendons donc que Ségolène Royal se comporte en véritable ministre de l’Écologie, avec tout ce que cela représente de respect du vivant, et non en bras armé des lobbies, comme l’ont été ses prédécesseurs…”

Lire plus : Déterrage des blaireaux: quand les beaufs font joujou

Advertisements

They Torture Animals in France

Vic-Fezensac: a village of 3600 inhabitants in southwest France. We are in the year 2014 but we may as well be in the year 1100.

35,000 partiers and bullfighting aficionados have swarmed in for the annual holiday of Pentecost. The place reeks of piss, shit, alcohol, vomit and blood. There is garbage everywhere. People I know are still crying. What a dump. To the bullfight fans, it was a fun-filled traditional festival—part of the local culture, but for the 160 animal protection advocates who traveled there to protest, it was a scene of unforgettable violence.

Read more here : https://medium.com/@caroleraphaelle/they-torture-animals-in-france-10ba96b1bc28

Osez dire NON

Corrida : Brigitte Bardot attaque Manuel Valls

L’actrice accuse Manuel Valls de bloquer les initiatives parlementaires visant à abolir la corrida.
Dans une lettre ouverte publiée sur son site Internet, l’actrice s’adresse à Christiane Taubira et s’en prend violemment au ministre de l’Intérieur.

«Y aurait-il deux poids, deux mesures dans la Justice française?». C’est dans une lettre ouverte à Christiane Taubira, publiée le 18 mars sur le site de sa fondation, que Brigitte Bardot s’en prend à Manuel Valls. Elle accuse le ministre de l’intérieur d’être un «aficionado catalan», qui «prétend, par ailleurs, avoir le pouvoir d’empêcher tout débat démocratique en bloquant les initiatives parlementaires visant à abolir la corrida». En tant qu’opposante à la «torture animale», elle entend bien tout mettre en œuvre pour faire tomber le «lobby gouvernemental pro corrida», jusqu’à saisir la cour européenne des droits de l’homme.
Brigitte Bardot revient sur des faits déroulés l’été passé à Rion-des-Landes, lors d’un mouvement pacifique: «Les courageux militants ont subi des violences inimaginables, certains ont été hospitalisés, l’un a même du être héliporté vers Bordeaux, plongé dans un coma après un terrible choc cérébral». L’action consistait à former une chaîne humaine sur la piste, pour que les toreros ne puissent exécuter leurs figures et mettre à mort les animaux. «Malheureusement, les barbares ont pu accomplir leur boucherie à ciel ouvert , sous les applaudissements de quelques pervers.» écrit-elle.
Manuel Valls «aurait sûrement envoyé Emile Zola ou Victor Hugo au cachot!»

Mais si BB vient à publier cette lettre, c’est surtout pour convaincre la ministre de recevoir personnellement Jean-Pierre Garrigues, le président du CRAC (comité radical anti-corrida) et Christophe Marie, le bras doit de l’actrice. En effet, les deux hommes doivent être jugés le 24 mars, au Tribunal Correctionnel de Dax, et viendraient seulement d’apprendre la nouvelle. Un tantinet excédée, elle ajoute et exagère: «Les opposants à la torture tauromachique sont traités comme des terroristes, suivis par la section «extrémismes, violents et analyse transverse» de la police judiciaire».
Et puisqu’elle ne fait jamais dans la dentelle, Brigitte Bardot repart de plus belle avec quelques explications douteuses: «Madame la Ministre, il y a plus de 50 ans, je me suis élevée seule, contre des terroristes de l’OAS, en dénonçant publiquement leur racket, leur chantage et menaces de mort pour ne pas vivre «dans un pays nazi»… Aujourd’hui encore je ne veux pas vivre dans un pays où les opposants à la barbarie, à la violence seraient menacés d’emprisonnement par la seule volonté d’un ministre qui, à une autre époque avec une telle politique totalitaire, aurait sûrement envoyé Emile Zola ou Victor Hugo au cachot!»

http://www.lefigaro.fr/culture/2014/03/21/03004-20140321ARTFIG00313-corrida-brigitte-bardot-attaque-manuel-valls.php